Transition écologique

un cercle bleu un cercle jaune

Saint-Louis, 1ère commune d'Alsace labélisée

Un label européen

Depuis 2003, le label European Energy Award récompense les collectivités qui sont engagées dans un processus de management de la qualité, appliqué à la mise en œuvre de leur politique de l’énergie au niveau de leur territoire.

Il a été adapté, consolidé et diffusé en s’appuyant sur les expériences antérieures suisses (Cité de l’énergie) et autrichiennes (e5).

Territoire engagé transition écologique (ex Cit’ergie) est l’appellation française de ce label européen.

Le label est un processus global conduisant les communes qui s’y engagent vers une politique durable en matière d’environnement, de transport et d’énergie, à travers diverses étapes menant à l’octroi du label. Il apporte ainsi la preuve pour les collectivités qu’elles mènent activement une politique énergétique durable.

L’engagement dans le programme Territoire engagé transition écologique permet d’avoir rapidement un retour visible de l'état d'avancement des actions entreprises dans sa politique énergie-air-climat.

Mettre en place les actions d’envergure nécessaires pour maintenir son niveau de labellisation dans le temps et viser l’excellence par l’obtention des cinq étoiles constitue un travail d'amélioration continue sur plusieurs années.

L’obtention du Label

 

Après s’être organisée en mode projet (mise en place d’un comité de pilotage, constitution d’un groupe de travail, désignation d’un chef de projet), la collectivité doit :

  • faire un état des lieux sur la base de chacun des six domaines considérés dans Cit’ergie,
  • valider un programme de politique énergétique ou de politique énergie-climat,
  • constituer un dossier complet (documents preuves, indicateurs, détails des actions réalisées et programmées)
  • se faire auditer tous les quatre ans pour maintenir ou améliorer sa labellisation.

 

En savoir plus sur la démarche Territoire engagé transition énergétique

 

Décembre 2019 : résultat du 1e cycle de labélisation

La Ville de Saint-Louis devient la première commune alsacienne à obtenir 2 étoiles du programme Territoire engagé transition énergétique avec un résultat de 46% d’actions réalisées et 10% d’actions programmées, reparties dans les 6 domaines d’actions :

•   LA PLANIFICATION ÉNERGÉTIQUE ET TERRITORIALE : la Ville a défini sa stratégie climat-air-énergie en fonction de ses caractéristiques propres (territoire urbain, périurbain, transfrontalier, etc.). Une charte de 15 engagements « Saint-Louis ville neutre en carbone en 2050 » a été votée en 2017. La révision du Plan local d’urbanisme ou encore le développement continu du réseau urbain de chaleur illustrent ce domaine. Elle a depuis été mise à jour ICI.

•  LE PATRIMOINE DE LA COLLECTIVITÉ : la Ville gère de manière optimale les consommations d’eau, d’électricité et de chaleur de son patrimoine bâti. Elle réalise également des rénovations exemplaires de ses bâtiments, comme les récentes rénovations BBC du conservatoire et de l’école Sarasin. La Ville poursuit son engagement avec les prochaines rénovations du Gymnase municipal et de l’école Widemann.

•   L'APPROVISIONNEMENT EN ÉNERGIE : la Ville assure l’approvisionnement en énergie et développe la production d’énergie renouvelable sur son territoire avec les différents acteurs locaux (RCUE, Priméo Energie, Enedis, etc.). Ce travail a notamment permis le développement du réseau de chaleur, passant de 4 à 12 km de réseaux, pour 5 000 équivalents logements raccordés. Elle est aussi la première ville à s’être engagé dans le dispositif de l’Intracting permettant de financer ses investissements par des économies d’énergie. Enfin, elle est alimentée par de l’électricité verte pour ses usages.

Fin 2020, la Ville a voté pour la construction d’une 2e centrale biomasse qui vidnra alimenter en chaleur renouvelable l’aéroport et de nombreux autres logements collectifs.

•  LA MOBILITÉ : la Ville développe des infrastructures pour réduire l’usage de la voiture et développer la mobilité active. La municipalité s’est dotée d’une flotte de véhicules et de vélos électriques pour ses agents. Elle a également aménagé plus de 3 km de pistes cyclables en 3 ans. L'offre de transports en commun sur l’agglomération a également été renforcée par Saint-Louis agglomération. Elle a aussi prévu d’aménager six nouveaux kilomètres de pistes cyclables d’ici 2025.

•  L'ORGANISATION INTERNE : les agents municipaux sont régulièrement sensibilisés et formés à différentes thématiques de la transition énergétique. Depuis 2019, ce ne sont pas moins de 200 agents sensibilisés aux écogestes et à la mobilité durable.

La Ville réalise des achats publics écoresponsables comme par exemple l’achat de papier recyclé, des gobelets en carton, etc.

•  LA COMMUNICATION ET COOPÉRATION : la mise en œuvre d’une politique de transition énergétique est efficace si elle est acceptée, suivie et mise en œuvre par l’ensemble des acteurs de la Ville. Saint-Louis travaille donc régulièrement avec les bailleurs sociaux, les écoles, les associations ainsi que les habitants pour diffuser des bonnes pratiques de consommation responsable en particulier dans l’appartement Ludologis.

Le label sera officiellement remis à la Ville de Saint-Louis aux Assises européennes de la transition énergétique à Bordeaux le jeudi 30 janvier 2020.

Pour suivre les nouveaux projets de la Ville, le Saint-Louis mag et les réseaux sociaux diffusent régulièrement les actualités.

Article mis à jour le 29/06/2022

 

 

Secrétariat des services techniques
21 rue Théo Bachmann, 68300 SAINT-LOUIS
Tél. : 03 89 69 52 61
Fax : 03 89 69 52 98

Bureau 268
Du lundi au jeudi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 17 h 30
Le vendredi : 8 h - 12 h / 13 h 30 - 16 h 30

Le Conseil municipal en date du 20 novembre 2014, s’est engagé dans la démarche de labellisation Cit’ergie. Ce processus d’amélioration continue cible l’excellence de la politique climat-air-énergie de notre collectivité.

 

 

Cette charte d’engagements définie la vision climat-air-énergie de notre Ville « Saint-Louis, une ville neutre en carbone en 2050 » ainsi que les objectifs qualitatifs et quantitatifs. Elle a été mise à jour par le conseil municipal en mai 2021 pour la période 2020-2025. Ces objectifs se déclinent dans un plan d’actions qui permettra de : 


•    Réduire et maîtriser les consommations énergétiques du territoire.
•    Réduire les émissions de gaz à effet de serre.
•    Poursuivre le développement des énergies renouvelables.
•    Améliorer la qualité de l’air et des espaces à l’échelle de l’ensemble du bassin de vie.

 

LES OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS DE LA VILLE DE SAINT-LOUIS

Axe 1 « Planification territoriale »

Engagement 1 : la Ville s’engage dans la trajectoire de la neutralité carbone pour 2050 

  • Objectif 1 : Réduire les émissions de CO² de 20 000 tonnes par an
  • Objectif 2 : Réduire la consommation d’énergie consommée par habitant
  • Objectif 3 : Réduire la production des biodéchets en installant des composteurs publics en centre-ville d’ici 2025 

Engagement 2 : la Ville s’engage à prendre en compte les effets des projets d’urbanisme et d’aménagement sur l’environnement et les consommations d’énergie

  • Objectif 1 : Aménager un éco-quartier d'ici 2030
  • Objectif 2 : Modifier le PLU pour renforcer les prescriptions environnementales et énergétiques
  • Objectif 3 : Rénover plus de 700 logements sociaux d'ici 2025
  • Objectif 4 : Planifier le développement des mobilités actives et alternatives
  • Objectif 5 : Se doter d'un plan "chaleur"
  • Objectif 6 : Se doter d'un plan "arbre"

 

Axe 2 « Patrimoine de la collectivité »

Engagement 1 : la Ville s’engage à réduire les consommations et à améliorer la performance énergétique de son patrimoine 

  • Objectif 1 : Réduire de 5 % par an les consommations d’énergie finale des bâtiments publics (électricité, chaleur et eau) par rapport à 2016 (année de référence)
  • Objectif 2 : Passer l’éclairage public en 100 % LEDS pour réduire les consommations électriques jusqu’à moins 50 % sur ce poste, d’ici 2025 par rapport à 2010
  • Objectif 3 : Réaliser quatre rénovations énergétiques performantes de bâtiments publics d’ici 2025
  • Objectif 4 : Équiper l’ensemble des bâtiments de dispositifs économes en eau d’ici 2025

Engagement 2 : la Ville s’engage à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à augmenter sa production d’énergie renouvelable sur son patrimoine 

  • Objectif 1 : Installer une nouvelle centrale tous les ans jusqu’en 2025 sur les bâtiments, équipements et espaces publics
  • Objectif 2 : Raccorder un bâtiment au réseau de chauffage urbain
  • Objectif 3 : Supprimer le chauffage au fioul dans les bâtiments communaux en 2025

 

Axe 3 « Approvisionnement en énergie, préservation de la biodiversité et gestion des espaces verts  »

Engagement 1 : la Ville s’engage à promouvoir le développement des énergies renouvelables sur son territoire

  • Objectif 1 : Augmenter la consommation et la production d’énergie renouvelable
  • Objectif 2 : Raccorder 9 700 équivalents logements d’ici 2030 (près de 30 km de réseau)

Engagement 2 : la Ville s’engage à préserver et à développer les espaces verts et naturels pour permettre la protection et le développement de la biodiversité et à améliorer le cadre de vie des habitants 

  • Objectif 1 : Renforcer les continuités écologiques par la réalisation et la mise en œuvre d’un schéma communal des trames vertes et bleues, articulé aux schémas définis à l’échelle supra et à un plan « biodiversité » permettant de connaître, protéger, restaurer, consolider, mailler les milieux et gérer les risques naturels
  • Objectif 2 : Créer un nouveau par public par an
  • Objectif 3 : Désimperméabiliser quatre sites communaux dont deux écoles d’ici 2026
  • Objectif 4 : Maintenir les espaces agricoles et forestiers

Engagement 3 : la Ville s’engage à appliquer une gestion différenciée de ses espaces verts. Elle encourage les propriétaires privés à cette même gestion raisonnée 

  • Objectif 1 : Entretenir 100 % des espaces verts communaux selon la démarche zéro-phyto et obtenir trois libellules du label Commune nature
  • Objectif 2 : Former 20 personnes par an aux pratiques de jardinage écoresponsables

 

Axe 4 « Mobilité »
Engagement 1 : la Ville s’engage à reconsidérer la place de la voiture en centre-ville

  • Objectif 1 : Réduire l’usage de la voiture individuelle et encourager les modes de déplacements alternatifs pour les trajets domicile-travail des Ludoviciens et des agents de la Ville d’ici 2025
  • Objectif 2 : Valoriser l’espace public par des aménagements adaptés (zones 30, traversées piétonnes, etc.)
  • Objectif 3 : Revoir la politique de stationnement en centre-ville et le règlement voirie (livraison)
  • Objectif 4 : Intégrer entre 30 % et 40 % d’agrégats d’enrobés recyclés lors des réfections de voiries à partir de 100 tonnes

Engagement 2 : la Ville s’engage à développer les infrastructures cyclables et les cheminements doux et à faire la promotion des modes alternatifs et de l’intermodalité 

  • Objectif 1 : Aménager 6 km de pistes cyclables supplémentaires d’ici 2030
  • Objectif 2 : Déployer une signalétique encourageant à la pratique des modes doux
  • Objectif 3 : Poursuivre l’aménagement de cheminements piétons pour en renforcer le maillage et créer deux nouveaux sentiers piétons périurbains d’ici 2025
  • Objectif 4 : Accompagner une école par an dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de déplacements des établissements scolaires

 

Axe 5 : « Organisation interne »
Engagement 1 : la Ville s’engage à s’inscrire chaque année à un programme permettant la réduction des consommations d’énergie, des déchets, de l’eau, etc. 

  • Objectif 1 : Obtenir le label Cit(ergie Gold en 2030
  • Objectif 2 : Assurer une gourvernance transversale
  • Objectif 3 : Élaborer et mettre à jour tous les ans, une feuille de route Climat-Air-Énergie pour les services, élus et partenaires
  • Objectif 4 : Former et sensibiliser tous les ans les élus et les agents à la transition écologique

Engagement 2 : la Ville s’engage à intégrer les questions Climat-Air-Énergie de manière transversale dans toutes ses politiques

  • Objectif 1 : Intégrer des clauses environnementales dans 50 % des marchés publics d’ici 2025
  • Objectif 2 : Privilégier les dispositifs énergétiquement performants, avec des critères d’efficacité permettant d’accéder à des aides financières
  • Objectif 3 : Se doter tous les ans d’un budget Climat-Air-Énergie, alimenté par les économies engendrées par les actions de maîtrise de l’énergie, d’efficacité et de production d’énergie renouvelable

 

Axe 6 « Coopération et communication »
Engagement 1 : la Ville s’engage à communiquer et sensibiliser les acteurs de son territoire aux enjeux Climat-Air-Énergie

  • Objectif 1 : Organiser tous les ans au moins cinq actions de sensibilisation du public à la transition écologique (énergie, déchets, précarité énergétique, mobilité, biodiversité) 
  • Objectif 2 : Diffuser mensuellement les informations de sensibilisation dans les supports de communication de la collectivité 
  • Objectif 3 : Faire connaître les espaces de conseil sur la transition énergétique auprès des différents acteurs du territoire
  • Objectif 4 : Sensibiliser une école primaire et une école maternelle par an au réchauffement climatique
  • Objectif 5 : Accompagner 20 familles en situation de précarité énergétique

Engagement 2 : la Ville s’engage à impliquer et à inciter les habitants et les acteurs de son territoire pour qu’ils deviennent acteurs de la transition énergétique

  • Objectif 1 : Soutenir l'alimentation responsable
  • Objectif 2 : Accompagner les commerces dans la mise en œuvre d’actions de transition écologique (énergie, mobilité, déchets, etc.)
  • Objectif 3 : Soutenir toutes les démarches participatives
  • Objectif 4 : Poursuivre l’élimination des publicités non-conformes et renforcer les règles concernant la publicité numérique

 

Article mis à jour le 05/07/2021

R-CUE, filiale de la coopérative d’énergie suisse Priméo énergie, anciennement EBM Thermique alimente un nombre de logements en augmentation constante. La centrale de cogénération qui produit de l’énergie verte à 90 % est appelée à prendre un essor plus conséquent.  La première pierre fut posée en mars 2012.

Les 10 ans de la chaufferie urbaine
Les 10 ans de la chaufferie urbaine

L’histoire de la chaufferie urbaine

En 2008, Jean Ueberschlag, maire de Saint-Louis de 1989 à 2011, lance la procédure de mise en concurrence pour le chauffage urbain. Le 20 juin 2011, le nouveau contrat de délégation de service public pour le chauffage urbain, d’une durée de 20 ans et adopté par le conseil municipal du 26 mai, est signé entre la Ville et les représentants d’EBM. La société va investir plus de 22 millions d’euros (dont 17 millions pour la seule chaufferie). Six emplois directs et une vingtaine d’emplois indirects vont être créés et d’importants travaux seront réalisés. 
 Pose de la première pierre le 23 mars 2012, en présence du docteur Hans Büttiker, PDG d’EBM TriRhena, Hervé Lamorlette, directeur général d’EBM Thermique, Michael Schneider, président d’EBM Thermique, Jean-Marie Zoellé, maire de Saint-Louis, Jean Ueberschlag, maire honoraire et Roland Igersheim, président de la Communauté de communes des Trois frontières.

Cette centrale, conçue en Finlande, aura recours à une énergie verte. 90 % de l’énergie sera produite à partir de biomasse locale (plaquettes forestières, rafles de maïs) qui alimentera une chaudière. Elle permettra de réduire de 9 000 tonnes par an les émissions de carbone et de 30 % les factures des usagers. La nouvelle chaudière réchauffera non seulement l’eau de chauffage et l’eau sanitaire mais produira également de l’électricité qui sera injectée dans le réseau. 
Les travaux sont délicats. La chaudière arrive de Finlande le 9 août 2012, après 45 jours de voyage, en pièces détachées. Le convoi est hors norme, l’attelage mesure une trentaine de mètres !

La chaudière est inaugurée le 18 octobre 2013.

Le réseau de chaleur urbain se développe

Des travaux d’extension sont en cours pour relier l’EuroAirport. Aujourd’hui, la moitié des bâtiments communaux sont raccordés au réseau.
“Le développement du réseau de chaleur constitue une action majeure, dans le cadre de la démarche Territoire engagé transition écologique, engagée à Saint-Louis.”, Pascale Schmidiger, maire.

Et après…

La longueur totale du réseau et de ses ramifications passera de 12,3 km à près de 30 km, distribuant jusqu'à 68 GWh/an de chaleur supplémentaire d'ici 2030, soit l'équivalent de 10 000 foyers. 
La construction d'une deuxième centrale thermique à biomasse est prévue, pour couvrir la nouvelle demande de chaleur. Pour y faire face, tout en garantissant le taux contractuel d'énergie renouvelable d'au moins 88 %, R-CUE mettra en service en 2025 une nouvelle centrale énergétique équipée de deux chaudières biomasse et d'une chaudière gaz en appoint. 

La Ville de Saint-Louis est engagée dans la transition écologique et souhaite aider ses habitants à lutter contre le dérèglement climatique.
 

Mesurez votre impact écologique et adaptez des éco-gestes

Pour savoir quels éco-gestes adopter, il faut d’abord connaître l’impact de nos gestes au quotidien : alimentation, transport, logement, etc.

Pour cela, vous pouvez utiliser les simulateurs suivants :